Pourquoi les taux maximaux auxquels les banques peuvent prêter baissent-ils encore ?

Malgré la relance de l’économie après le confinement, de nombreux secteurs ne sont pas encore remis de la crise sanitaire y compris les banques. Certaines banques ont franchi ce qu’on appelle le taux de l’usure. Les taux maximaux auxquels les banques peuvent prêter en encore en baisse. Mais qu’est-ce qui peut expliquer ce phénomène ?

Taux maximaux en baisse : bien comprendre le taux de l’usure

Le taux d’usure est le taux d’intérêt plafond auquel une institution financière peut octroyer de l’argent à ses clients. Ce taux s’applique à toutes les catégories de crédits notamment :

A lire également : Comment devenir courtier immobilier ?

  • Les prêts immobiliers.
  • Les crédits à la consommation.

L’objectif principal du taux de l’usure est de nous éviter de contracter un prêt à un taux très élevé. Cependant, les taux maximaux ont continué de baisser au second trimestre 2021.

Rappelons donc que le taux de l’usure est le taux annuel effectif global maximal auquel un prêt est accordé à un emprunteur.

Cela peut vous intéresser : Quelles sont les documents à fournir pour contracter un prêt ?

On considère un prêt comme usuraire quand le TAEG dépasse un tiers du taux effectif moyen appliqué au cours du trimestre précédent. Autrement dit, on détermine qui plus est, le taux d’usure en fonction des taux d’intérêt appliqués au cours des trois mois précédents.

Une baisse du taux de l’usure des crédits immobiliers est observée pour le 2ème trimestre 2021 alors que de nombreuses banques tendent à augmenter actuellement leur taux d’une hauteur de 0,10 à 0,20 %. Ce qui n’est pas rassurant tant pour les banques que pour les emprunteurs.

Taux maximaux en baisse : les conséquences sur les emprunteurs

Notons que si les taux maximaux auxquels les banques peuvent prêter sont fixés c’est forcément pour :

  • Protéger l’emprunteur contre les taux excessifs.
  • Eviter de déstabiliser l’économie globale.

Ce qui n’est pas très favorable pour les emprunteurs. Bien entendu, les emprunteurs ayant des revenus stables et élevés et avec un taux d’endettement faible ainsi qu’un apport personnel ne seront pas affectés par la baisse des taux d’usure.

En revanche, les emprunteurs ayant des problèmes de santé pourraient rencontrer des difficultés. Il se pourrait qu’ils n’obtiennent pas de prêt immobilier. Comme le taux d’usure concerne le TAEG, cela va affecter le :

  • Le taux nominal.
  • Les frais annexes : cotisations d’assurance emprunteur, frais de dossier.

Aussi, il y aura donc un risque d’exclusion de crédit pour les personnes fragiles car le taux en question dépasse le seuil ou bien le taux d’intérêt appliqué dépasse celui de l’usure. Et lorsque les taux maximaux auxquels les banques peuvent prêter sont largement inférieurs aux taux d’intérêt.

Ainsi, voici quelques chiffres :

  • Environs 64% des dossiers sont refusés en 2020 et cela concerne les emprunteurs avec des revenus inférieurs à 25 000 €.
  • Environs 27% de dossiers sont refusés au début 2020 pour les investisseurs. Leur taux d’endettement a dépassé les 33%.

Le taux d’usure a atteint un plus bas niveau historique:

  • 2,48 % pour les crédits sur 20 ans.
  • 2,67 % en début d’année 2021.
  • 2,51 % en avril 2020.

Ainsi, si cette baisse continue, on peut alors observer une hausse de taux de refus de prêt auprès des banques.

Les causes d’une baisse de Taux maximaux

Si le taux de l’usure est en baisse, nombreuses sont les explications mais il s’agit tout particulièrement de la crise sanitaire. Avec les confinements incessants, le marché de crédit n’a pas encore repris.

Les emprunteurs les plus fragiles et qui sont impactés par la crise sanitaire seront donc exclus. Outre cela, cette baisse des taux maximaux résulte aussi de la baisse des taux obligatoires. Ce taux obligatoire a d’ailleurs connu un plancher historique de l’ordre de 1,15% au mois d’avril dernier.

Il faut donc attendre l’évolution du marché de crédits pour savoir si ce taux de l’usure va s’augmenter ou non d’ici 2022.