Quel est le taux d’endettement maximum ?

Le financement d’un achat immobilier passe le plus souvent par une demande de prêt immobilier. C’est bien connu, même les investisseurs ne disposent pas suffisamment d’épargnes pour financer leur projet. Et dans toutes les démarches que l’on réalise auprès des banques, le taux d’endettement constitue un critère essentiel. Mais quel est le taux d’endettement maximum.

Taux d’endettement : définition

Le taux d’endettement est un critère permettant de connaître la capacité de remboursement d’un souscripteur. Il correspond alors à :

Lire également : Quelles sont les documents à fournir pour contracter un prêt ?

  • Un tiers de ses revenus qui est à raison de 33% mais dans la limite maximum de 35%.
  • Une donnée qui se calcule à partir de toutes ses sources de revenus.
  • Une donnée permettant d’estimer un reste à vivre suffisante.

Le taux d’endettement fait souvent l’objet d’une modification au fil des ans ou en fonction de la réalité économique du pays. Le HCSF recommande alors la limite maximum de taux d’endettement à raison de 35%. Il s’agit plus précisément du fameux taux d’effort.

En tout cas, le taux d’endettement tient compte de toutes les sources de revenus, notamment :

Sujet a lire : Comment renégocier son prêt immobilier ?

  • Les salaires.
  • Les pensions.
  • Les allocations.
  • Toutes les activités permettant de gagner de l’argent.

En d’autres termes, le taux d’endettement a été mis en place afin de :

  • Protéger l’emprunteur du risque de surendettement.
  • D’évaluer sa situation d’endettement.
  • D’évaluer le reste à vivre.

Le taux d’endettement est fixé de façon à ce que les remboursements mensuels ne l’empêchent pas de vivre ou de continuer à payer ses dépenses quotidiennes comme :

  • Le loyer.
  • L’alimentation.
  • Les transports.
  • Les études.
  • Etc.

Mais ce n’est pas réellement le seul critère à évaluer. La banque tient aussi compte des autres paramètres comme :

  • Le montant des revenus et leur nature.
  • Le montant et la durée du prêt sollicité.
  • La composition du foyer.

Taux d’endettement : un indicateur de sa capacité d’emprunt

Connaître le taux d’endettement d’un souscripteur permet aux banques d’évaluer sa capacité d’emprunt. Il s’agit au fait de la part des remboursements des mensualités d’un prêt qui font partie de ses charges mensuelles.

Connaître la capacité d’emprunt permet de :

  • Savoir quel montant on sera en mesure d’emprunter à la banque.
  • Savoir quel montant on sera en mesure de rembourser chaque mois.

On sera alors à l’abri d’un surplus de dettes. De ce fait, il est alors indispensable de déterminer le taux d’endettement maximum. Même si la loi prévaut un taux d’endettement de 33%, le taux d’endettement tient compte de l’usage et pas forcément du seuil fixé par loi. Ainsi, une hypothèse assez logique permet de dire que le taux d’endettement doit être fixé en fonction des revenus des souscripteurs.

Mais le taux d’endettement maximum fait aussi l’objet des recommandations révélées par le HSCF ou par le Haut Conseil de Stabilité Financière. Le taux d’endettement a donc pour objectif de permettre à un emprunteur de disposer de suffisamment de reste à vivre lorsque les échéances seront remboursées.

Les organismes financiers prennent sérieusement en compte le reste à vivre. Il doit être :

  • 1200 euros pour un couple.
  • 800 euros pour un célibataire.
  • Plus 300 euros par enfant à charge.

On doit alors calculer son taux d’endettement en incluant plusieurs éléments dont :

  • Les revenus réguliers.
  • Les charges régulières.
  • Les mensualités du crédit.

Tout savoir sur le taux d’endettement maximum

Le taux d’endettement maximum est fixé à 33%, soit à un tiers des revenus. Mais le HSCF recommande un pourcentage à 35% afin de garantir la stabilité financière des emprunteurs. Ce taux permet aussi de permettre aux primo-accédants d’acheter un logement avec un taux d’endettement raisonnable.

Mais certaines banques peuvent accepter un taux d’endettement supérieur à ce pourcentage mais sous quelques conditions. Elles évaluent :

  • Le reste à vivre.
  • Le montant de l’apport personnel.
  • L’âge et la situation professionnelle.
  • L’épargne disponible.
  • La bonne gestion de ses comptes bancaires.